constitution tunisie

Sécurité Nationale à l'Horizon 2025 : La Résilience en Amont et en Aval

Ces jours-ci, certaines familles d'ici et d'ailleurs commémorent le triste souvenir d'un acte des plus barbares, premier de son genre, perpétré au musée du Bardo un certain 18 mars 2015. Ce séisme a été suivi par d'autres secousses dont certaines ont ravagé des vies et tout un pays, et d'autres ont fait plus de peur que de mal.

Nous avons précédemment vu l'importance de la proactivité à court terme (schéma) et sur le long-terme (schéma), telle que préconisée par nos stratèges spécialistes en la matière. Comment notre institution sécuritaire et militaire peut-elle continuer à améliorer son intervention dans le cas de telles tentatives de destabilisation, aussi lâches qu'imprévisibles (comme c'est le cas partout dans le monde) ?

Nous avons passé au peigne l'étude prospective Tunisie 2025, laquelle a fait appel à nos experts en Sûreté Nationale, fins connaisseurs du terrain, pour nous illuminer sur la question. Deux niveaux d'intervetion ont été définies, parole aux sécuritaires :

1- La Résilience Amont : Protéger les cibles

Les catégories de cibles visées par le passé sont susceptibles de changer. Evaluer les possibilités de ce changement est un préalable. La résilience amont est conférée par l’ensemble des mesures visant à :
- perfectionner et fiabiliser les dispositifs de surveillance ;
- réduire la surface d’exposition aux actes terroristes ;
- durcir la surface exposée au choc ;
- concevoir les moyens de protection et de préservation.

En un mot, tout ce qui contribue à accroître la résistance. Le terrorisme, sous pression, a généralement tendance à lancer des opérations spectaculaires pour signifier qu’il conserve une capacité de nuisance afin de rassurer ses partisans et ses sponsors. Il s’agit, par conséquent, de protéger, à titre préventif, les cibles pouvant être visées par des actes terroristes.

2- La Résilience Aval : se préparer à limiter les effets d’une attaque et à recouvrer rapidement un fonctionnement normal

La résilience aval consiste en la capacité planifiée à atténuer l’impact d’un choc s’il venait à se produire et à recouvrer, rapidement, un fonctionnement normal. Il s’agit d’être préparé à répondre promptement, de façon organisée, ordonnée et coordonnée. Les priorités étant de :
- Sauvegarder les vies humaines en organisant les secours ;
- Localiser les auteurs et les traiter ;
- Prendre les dispositions conservatoires en vue de l’enquête ;
- Gérer la communication de crise. A ce sujet, il convient de rappeler l’effet psychologique recherché par le terrorisme, notamment par l’image. Le rôle des médias est, à ce propos, déterminant. Les réactions sous l’effet de l’émotion sont contre-productives. 

La résilience aval, dans le cas d’actes terroristes, devrait faire l’objet d’un plan national et de plans régionaux qui tiennent en compte la résilience face aux risques naturels et accidentels. Mieux encore, une culture de la résilience devrait être diffusée, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé et au sein de la société en général. 

A ce stade, l’Ecole et l’enseignement jouent un rôle fondamental. Ils constituent la première ligne de défense. 

Ces recommandations entre autres ont été formulées par la commission "Défense et Sécurité nationales" présidée par Tarek Faouzi El Arbi, composée de Taoufik Bouaoun et Kamel Rouissi dans le cadre de l'étude "Tunisie 2025" rapportée par Hafedh Bouktif et Mondher Khaled, encadrée par les prospectivistes Kais Hammami et Mehdi Taje, sous la direction de Hatem Ben Salem, ex-directeur de l'Institut Tunisien des Etudes Stratégiques ITES.




Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...