constitution tunisie

Sécurité Nationale à l'Horizon 2025 : Approche holistique et intégrée

Quand on envisage la Tunisie dans 5 ans, ce qui fut l'objet d'une étude prospective il y a quelques années, on ne peut oublier la question sécuritaire ni la considérer comme acquise.

C'est ce qu'on apprend du moins de ce cours d'histoire plus que jamais accélér et riche en enseignements, rendant compte du large spectre des menaces de toutes sortes ne connaissant plus les frontières.

Dès lors, il importe d'appuyer de renforcer aussi bien nos capacitéts prospectives à la lumière d'un système de renseignements à parfaire, et de quelle manière ? Nous avons cueilli pour vous quelques recommandations émises par nos stratèges sécuritaires et militaires sollicités par ladite étude :

L’approche globale de la Sécurité Nationale doit être organisée en un système où toutes les composantes fonctionnent de manière corrélée en vue de la réalisation de la finalité de l’ensemble.

Le renseignement, premier contributeur à la capacité d’anticipation, a pour vocation d’éclairer la prise de décisions aux niveaux politique et stratégique. En outre, au niveau opératif, le renseignement constitue le premier front de la défense et de la sécurité nationales, un front immatériel.

Les organes dont la vocation est le renseignement et ceux qui y contribuent sont nombreux. Il manquait un organe de renseignement stratégique. Le Centre National des Renseignements, récemment créé, viendrait combler ce vide. Le nombre de ces organes, les spécificités et le rôle rempli par chacun, ainsi que les enseignements tirés des expériences en Tunisie et à l’étranger rendent le partage de l’information et la coordination entre les services impératifs. L’élaboration d’un cadre juridique de protection du secret de la défense nationale et de la sécurité nationale serait de nature à favoriser l’échange de renseignements.

Le fonctionnement des « services » en silos est devenu anachronique. La coordination au sommet serait assurée par une émanation du Conseil de sécurité nationale. Des organes et des mécanismes formels de coordination seraient également nécessaires à d’autres échelons.

Aujourd’hui, face au péril terroriste, grâce aux actions anticipatrices de nos forces et grâce aux efforts louables de nos services de renseignement, le phénomène semble maîtrisé. Toutefois, dans la dialectique des volontés et des intelligences, plus nos services anticipent, plus il leur faudra anticiper. Renforcer leurs capacités et les soutenir constitue une priorité.

En vue de maintenir son ascendant sur la menace terroriste, l’organisation « renseignement » doit être une organisation apprenante. Le retour d’expérience et le « bench marking » doivent être institutionnalisés en leur prévoyant des organes dédiés. Le partage et la diffusion des bonnes pratiques devraient faire l’objet de mécanismes et de procédures.

Au passage, nous vous invitons à découvrir cette autre stratégie spécifique à la prévention de la menace terroriste sur le long-terme, s'attaquant à ses racines mêmes (schéma).

Ces mesures ont été préconisées par la commission "Défense et Sécurité nationales" présidée par Tarek Faouzi El Arbi, composée de Taoufik Bouaoun et Kamel Rouissi dans le cadre de l'étude "Tunisie 2025" rapportée par Hafedh Bouktif et Mondher Khaled, encadrée par les prospectivistes Kais Hammami et Mehdi Taje, sous la direction de Hatem Ben Salem, ex-directeur de l'Institut Tunisien des Etudes Stratégiques ITES.



Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...