constitution tunisie

Absenses et Productivité au sein de l'ARP : Statistiques

L'actualité politique de ces dernières semaines porte à croire que tout ne va pas au mieux entre les appareils exécutif et législatif à qui on demande toujours plus pour concrétiser les réformes promises par le gouvernement, face à un mouvement de mécontement croissant et omni-présent.

Cap sur le Bardo! Le dernier rapport publié par nos confrères d'Al Bawsala quantifie en termes précis et exhaustifs le travail parlementaire par commission et par bloc parlementaire / député, entre Novembre 2015 et Mars 2016, soit la moitié de la deuxième période parlementaire.

Un indicateur a particulièrement attiré notre attention : le nombre des heures de retard, une statistique qui apparaît sur toutes les cartes publiées par Al Bawsala

Nous avons tenté d'en dégager deux agrégats pour évaluer, sommairement, la productivité de notre appareil législatif : Sur quelques 1184 heures comptabilsées par Al Bawsala, un peu plus de 251 heures sont passées dans l'attente : délais, retards, reports, ... Autrement, sur la période des 5 mois observés, le nombre des heures de retard est équivalent à... plus d'un mois de travail. 

A ce stade, nous n'avons pas souhaité comparer et juger le nombre d'heures travaillées par commission, comme nous n'avons une connaissance totale du calendrier parlementaire, des projets de loi mis à disposition des législateurs, qui, rappelons-le, peuvent être affectés à deux commissions législatives ou plus à la fois. 

Le nombre des heures travaillées / heures de retard par commission sont disponibles sous forme exploitable, sur cette adresse, si vous souhaitez les explorer et faire vos découvertes.

Dernière réflexion : Bien que le Parlement ait opté pour plus de transparence en comparaison avec ses 3 premières années, Al Bawsala a su dégager de la valeur ajoutée des données qu'elle collecte ou trouve disponibles, c'est dire, qu'il y a encore beaucoup à découvrir et à évaluer. 

Mise à jour : Notre amie Sabra Chraïfa, journaliste parlementaire, nous a apporté quelques éléments pour relativiser la lecture de ces chiffres : En effet, il s'avère que les heures de délai sont en partie dues au consensus autour de plusieurs projets de lois controversés régissant le Conseil Supérieur de Magistrature et la Banque Centrale, pour ne citer que ceux-là. Ces réunions consensus sont gourmandes en temps de quoi retarder les séances des plénières. Quant aux travaux au sein des commissions, notre confrère en a révélé le mode de fonctionnement : les séances devraient commencer à 9 heures mais plus d'un président de commission fixe l'heure à 8h30 pour s'assurer que le maximum de membres soient présents à 9 heures. Clairement, cette démarche a gonflé le nombre d'heures retardées et n'a pas prévenu l'absentéisme comme le montrent les rapports d'Al Bawsala.
 

Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...