constitution tunisie

En marge du dialogue national : Réactions et engagement


Le dialogue national fermement suggéré et orchestré par le quartet des organisations nationales, n'est que la suite logique d'une crise politique sans limites qui s'est aggravée après le deuxième assassinat politique en moins d'une année. 

Sachant que le chemin transitoire était parsemé de plusieurs obstacles entravant la constitution de l'instance des élections ainsi que l'achèvement de la constitution dont le projet a crée la polémique à plusieurs reprises, cet assassinat a fragilisé la confiance des partis de l'opposition dans le gouvernement de coalition, et a engendré de larges manifestations contre l'Assembée Nationale Constituante jalousement défendu par les partis au pouvoir

Le paysage politique, ainsi que la rue, se sont divisés entre deux positions complètement opposées, ce qui ne faisait qu'aggraver la crise politique, d'où l'intervention en force de quatre organisations phares à savoir l'UGTT (principale centrale syndicale), l'UTICA (Patronat), l'Ordre des Avocats Tunisiens et la Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme. Ce quartet inspire une certaine confiance chez les différents adversaires politiques. 

Dans le cadre d'un travail commun avec l'association citoyenne Al Bawsala et la fondation Friedrich-Ebert Tunis, nous avons retracé l'évolution des positions politiques avant et après l'initiative du dialogue national proposée par les quatre arbitres que sont les organisations nationales.

Dans un deuxième graphique, nous explicitons sur une timeline la feuille de route proposée par le quartet et convenue par la majorité des partis politiques représentés au sein de l'Assemblée Nationale Constituante. 


Vous êtes cordialement invités à poser vos questions et à nous 
faire part de toute remarque à propos des schémas suivants. 









Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...